Publié par : orvaillant | mai 28, 2010

Les jours d’obscurité

Lorsque les sirènes et les bombes nucléaires retentiront dans le fracas des batailles, dans les capitales et dans les mers, plus d’un quart de la population mondiale aura cessé d’exister, d’autres succomberont aux radiations, à la famine ou à la pestilence.De jour comme de nuit il fera nuit, dans les abris on priera, on entendra dire « ils ont eu de la chance ceux qui sont morts » et « c’est fini, à quoi bon rester ici à attendre comme des rats, c’est fini ».


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :